Aller au bas de la page
© Gouvernement du Québec, 2016
 
 

Conservatoire de musique et d'art dramatique du Québec

François Paradis

Alto, musique de chambre, ensemble à cordes, déchiffrage, traits d’orchestre

François Paradis

Né à Rimouski, François Paradis a étudié le violon avec Jean Angers, au Conservatoire de musique de Québec, avant de se consacrer à l’alto qu’il travaille avec Robert Verebès. Il y obtient un Premier Prix de musique de chambre en 1982 et un Premier Prix d’alto en 1983. Il a effectué de nombreux stages à l’étranger, notamment au Meadowmount School of Music, et s’est perfectionné auprès de Paul Doktor, à New-York.

De 1983 à 1985, François Paradis fait partie de l’Orchestre de la Fondation Gulbenkian de Lisbonne. Au cours de son séjour au Portugal, il se joint à de nombreux ensembles, dont le Trio à cordes de Lisbonne. Il est aussi alto-solo invité de l’Orchestre de la Radiodiffusion portugaise. Membre de l’Orchestre symphonique de Québec depuis 1985, il en a été nommé alto-solo en 1993. Il a également été membre des Violons du Roy, de 1988 à 1993.

On a pu l’entendre comme soliste dans Harold en Italie de Berlioz, la Symphonie concertante de Mozart avec le violoniste Martin Beaver, The viola in my life de Morton Feldman, ainsi que dans la Suite hébraïque d’Ernest Bloch. En 2006, on pouvait le réentendre dans la Symphonie concertante de Mozart, cette fois avec le violoniste Darren Lowe.

Comme chambriste, François Paradis a eu comme partenaire plusieurs musiciens de renom, tels les violonistes Yehonathan Berick, Andrew Dawes et Régis Pasquier, les violoncellistes Matt Haimovitz, Desmond Hoebig et Philippe Muller, ainsi que les pianistes Dale Bartlett, Joseph Kalishtein et Stéphane Lemelin. En 2005, au Festival international du Domaine Forget, il se produisait avec la contralto Marie-Nicole Lemieux et le pianiste Michael McMahon dans les Zwei gesänge de Brahms. L’été suivant, il participait au concert de célébration du 10e anniversaire de la salle Françoys-Bernier, en compagnie d’autres premières chaises de l’Orchestre symphonique de Québec et de l’Orchestre philharmonique de Berlin. Ce concert remportait le Prix Opus du meilleur concert de l’année dans sa catégorie.

Depuis 1988, François Paradis enseigne au Conservatoire de musique de Québec. On retrouve de ses anciens élèves dans différents orchestres au Canada, aux États-Unis et en Europe. En 1997, le Peabody Conservatory of Music de l’Université Johns Hopkins de Baltimore l’invitait à donner un cours de maître. Durant la saison estivale, il enseigne à l’Académie internationale du Domaine Forget.




    « Retour à la liste des professeurs



    Aller au haut de la page